Crise sanitaire : menace sur l’emploi des personnes en situation de handicap

Quel sera l’impact de la crise sanitaire sur l’emploi des personnes en situation de handicap ? Il semblerait qu’il soit encore trop tôt pour répondre à cette question. Toutefois, cette problématique inquiète déjà associations et professionnels du secteur.

Crise sanitaire : menace sur l’emploi des personnes en situation de handicap.

Quel sera l’impact de la crise sanitaire sur l’emploi des personnes en situation de handicap ? Il semblerait qu’il soit encore trop tôt pour répondre à cette question. Toutefois, cette problématique inquiète déjà associations et professionnels du secteur.

En effet, les premières tendances semblent montrer des amalgames qui sont faits entre personnes handicapées et personnes vulnérables. En ces temps de covid-19, être porteur d’un handicap pourrait alors bien devenir un motif de discrimination à l’embauche.

 

Les chiffres de l’emploi pour les personnes en situation de handicap étaient pourtant encourageants avant l’épidémie. Comment retrouver cette tendance ? Quels efforts ont été consentis pour affronter cette crise ? On fait un point avec ISEA.

 

Les bons chiffres de 2019 remis en cause

 

L’Insee estime aujourd’hui le taux d’emploi des personnes en situation de handicap à 35 %, soit près de 938 000 personnes actives sur une population comptant 2,7 millions de personnes en âge de travailler.

 

À l’occasion de son bilan annuel, l’Agefiph annonçait par ailleurs des chiffres globalement positifs pour l’année 2019 (voir notre article ci-dessous) avec un nombre de chômeurs en situation de handicap qui était passé sous la barre symbolique des 500 000 en France. Le taux de chômage était quant à lui passé de 17% à 16 % soit une perte d’un point en un an, même si ce dernier reste deux fois supérieur à celui de la population dite « valide ».

 

Mais aujourd’hui, une tempête souffle sur cet horizon qui s’annonçait dégagé. Traditionnellement, les personnes en situation de handicap font partie des populations à subir en premier les effets d’une crise économique. La situation est d’autant plus préoccupante qu’à l’étiolement économique s’ajoute cette fois une crise sanitaire. Dans un tel contexte, c’est tout un ensemble de nouvelles normes au travail et de nouveaux protocoles qui se mettent en place. De quoi largement décourager les employeurs d’embaucher une personne avec des particularités de santé. Cet état de fait inquiète alors particulièrement les associations et professionnels du handicap qui tirent la sonnette d’alarme.

 

De nouvelles discriminations à l’embauche

 

Selon Arnaud de Broca, président de « Collectif handicaps », il y a fort à parier que les licenciements pour inaptitudes seront amenés à se multiplier dans l’avenir. Si l’actuelle obligation d’emploi et les différentes aides sont censées éviter ces situations, le président de l’association juge que les sanctions financières en cas d’abus ne sont pour l’heure pas assez dissuasives.

 

Jean-François Amadieu, sociologue, explique quant à lui que le handicap reste un motif très important de discrimination dans le monde professionnel. Ainsi, les personnes en situation de handicap, séniors ou en obésité sont celle qui ressentent le moins les effets positifs d’une embellie du marché du travail. A contrario, ces dernières sont également les premières impactées lorsque l’économie se dégrade (source : observatoire des discriminations).

 

Poursuivre les efforts durant la crise

 

Pour Matthieu Annereau, président de l’APHPP (Association pour la prise en compte du handicap dans les politiques publiques), le risque principal est de sombrer dans l’amalgame entre personnes vulnérables face au Covid et personnes porteuses d’un handicap. Il convient alors de changer le regard des entreprises sur les personnes en situation de handicap et de mettre en avant leurs compétences réelles en ces temps de crise. Nombreuses sont d’ailleurs les entreprises (notamment les entreprises adaptées) à avoir témoigné du savoir-faire ainsi que de la grande motivation de leurs salariés handicapés à venir travailler durant la pandémie.

 

Du côté du gouvernement, 100 millions d’euros viennent d’être débloqués afin d’étendre le dispositif d’aide à l’emploi pour les jeunes de moins de 26 ans, aux chômeurs en situation de handicap, sans limites d’âge (voir notre article ci-dessous). Cette somme vient s’ajouter aux 300 millions d’euros d’aides déjà prévues pour relancer les entreprises sociales à portée inclusive telles que les entreprises adaptées et les SIAE (Entreprise d’insertion par l’activité économique). Rappelons que ces structures représentent un total de 5000 entreprises pour un total de 200 000 salariés.

 

Récemment, le Premier ministre Jean Castex a tenu à rassurer en affirmant que le Gouvernement se devait de fournir un effort spécifique à l’intention de tous ceux éprouvant des difficultés liées à la crise actuelle.  Matthieu Annereau lui souligne la capacité de performance du monde du handicap durant toute la durée de cette crise sanitaire.  « Le soutenir, le promouvoir est donc un impératif économique et pas seulement de solidarité“.

 

 

Voir notre article : « Emploi et handicap : le Premier ministre débloque une enveloppe de 100 millions d’euros ».

Voir notre article : « Emploi et handicap : de bons résultats pour 2019 ».